2 juin

À l’aube d’une saison 2020/21 absorbante !

2.06.2020 - Crans-Montana et le Valais ont déjà les yeux tournés vers la saison 2020-2021. Une saison qui débutera le samedi 3 octobre à Zurich, en lieu et place de Royal Cliff/THAI site prévu avant son annulation due au coronavirus, lorsque sera dévoilé l'organisateur des Championnats du monde de ski alpin 2025 pour lesquels la station du Haut-Plateau est candidate. Ses adversaires : Saalbach-Hinterglemm/AUT (favorit) et Garmisch-Partenkirschen/ALL. Du lourd !

Crans-Montana mettra ensuite sur pied, sous une nouvelle formule, son désormais traditionnel slalom nocturne hommes le mardi 29 décembre 2020. Un sacré show en perspective. Suivront deux descentes de Coupe d'Europe dames les samedi 16 et dimanche 17 janvier 2021, puis les courses de Coupe du monde, une descente et un combiné dames, le week-end du 23 et 24 janvier 2021.

Marius Robyr, directeur exécutif de la candidature Crans-Montana/Valais et président du Comité d'Organisation des courses de Coupe du monde, présente les différents défis du prochain hiver.

Vidéo : Johann Tachet/SkiActu

27 mars

Mondiaux 2025: Crans-Montana/Valais va devoir patienter

La Fédération Internationale de Ski FIS a décidé de reporter ce vendredi son congrès qui devait se tenir du 17 au 23 mai 2020 à Royal Cliff en Thaïlande à cause de la crise sanitaire que connaît la planète.

Durant ce congrès, deux importants votes devaient entre-autres avoir lieu: la désignation de la station hôte des Championnats du monde de ski alpin 2025 et l'élection du nouveau Président de la FIS. Pour les Mondiaux 2025, Crans-Montana/Valais fait partie des candidats à l'organisation avec Saalbach-Hinterglemm (Autriche) et Garmisch-Partenkirchen (Allemagne). Le Président de Swiss Ski, Urs Lehmann, lui, s'était déclaré il y a deux semaines candidat à la succession de Gianfranco Kasper à la tête de la FIS.

« On ne se laisse pas freiner, nous continuons à  peaufiner la présentation Crans-Montana/Valais 2025 afin d'être encore plus performants et intensifions nos contacts avec les votants », explique Marius Robyr, Directeur exécutif de Crans-Montana/Valais 2025.

L'objectif de la FIS est de mettre sur pied un nouveau congrès durant l'automne. Une des solutions, pour la FIS, serait d’organiser celui-ci lors de la réunion annuelle d'avant-saison qui a lieu chaque année à Zurich. En attendant qu'un nouveau congrès soit organisé, Gianfranco Kasper reste à la tête de la Fédération.

DEPREZphoto sa, cransmontana

Pas Thailande

25 févr.

Urs Lehmann: "Nous allons au congrès de la FIS pour gagner"

Le Président de Swiss-Ski Urs Lehmann était un spectateur attentif des épreuves de Coupe du monde de Crans-Montana. L'Argovien, heureux des résultats des Suissesses durant ces compétitions sur le Haut-Plateau, a également profité de son passage pour évoquer la candidature Crans-Montana/Valais 2025 pour les Championnats du monde

La candidature Crans-Montana/Valais se présentera au mois de mai au congrès annuel de la FIS avec l’espoir de recevoir les Championnats du monde de ski alpin en 2025. Quelles sont réellement ses chances de les obtenir?
Je peux vous assurer que l’on va au congrès de la FIS au mois de mai pour la victoire. Mais il faut aussi rester réaliste. Il ne faut pas oublier que la FIS suit un processus politique et là c’est difficile. Car Saalbach-Hinterglemm, qui a perdu la dernière fois contre Courchevel/Meribel pour 2023, est le favori cette fois-ci, et il faut respecter cette donne. Quoiqu’il arrive, cette candidature va nous aider pour 2027 et c’est pour cela qu’il faut se lancer. Il faut avoir confiance et se battre jusqu’à la fin.

Pour Swiss-Ski, il n’y a aucun doute, la prochaine fois que les Mondiaux seront organisés en Suisse, ce sera à Crans-Montana?
Totalement. C’est en 2014 que l’assemblée des délégués de Swiss-Ski a voté quasiment à l’unanimité pour Crans-Montana. La station valaisanne est prédestinée pour accueillir les Championnats du monde. La plus importante des choses qui manquent encore, c’est un nouveau stade d’arrivée répondant aux exigences de la FIS. Il est primordial que Crans-Montana pousse à fond les différentes constructions y relatives.

Avez-vous eu des retours sur la candidature de Crans-Montana/Valais auprès de la FIS?
Vous savez, dans ce milieu tout est toujours très secret. C’est derrière la porte que l’on se parle. Il y a énormément de lobbying. Ce que je peux dire, c’est que nous avons une bonne position.

Urs Lehmann

 

24 févr.

Le Mont Lachaux: une piste digne des Championnats du monde

Crans-Montana a été une nouvelle fois le théâtre de courses sensationnelles ce week-end. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les skieuses de la Coupe du monde ont été charmées par la piste du Mont Lachaux, qu’elles ont largement louée. Autour du président Marius Robyr, le comité d’organisation a reçu les félicitations de tout le Cirque blanc pour des épreuves «dignes de Championnats du monde».

Corinne Suter, déjà troisième en descente en 2019 à Crans-Montana, n'a pas tari d'éloges sur la piste du Haut-Plateau. «Elle possède tout ce qui fait la force d'une piste de descente et serait évidemment parfaite pour des Championnats du monde», a déclaré la Schwytzoise de 25 ans. La meilleure descendeuse de l’hiver était extrêmement heureuse de s’assurer le Globe de cristal de la discipline devant le public helvétique samedi. 

De son côté, Lara Gut-Behrami n'avait pas eu le coup de foudre dès sa première compétition sur la piste du Mont Lachaux - elle n’avait pas terminé la descente en 2014 et malgré plusieurs succès à l’entraînement, n’avait jamais pu confirmer en course. Mais elle a finalement réussi à la dompter cette année en remportant deux descentes en 24 heures! «C’est sûr que maintenant, j’apprécie bien plus cette piste», a rigolé la Tessinoise de 28 ans. La skieuse de Comano serait plus que satisfaite si les Championnats du monde avaient lieu en Valais en 2025, a-t-elle avoué.

1 

Et que dire de Federica Brignone, qui parle de Crans-Montana comme d’un «endroit magique». L’Italienne a gagné le combiné, son quatrième en quatre ans sur le Mont Lachaux.

Même l’Autrichienne Nina Ortlieb, troisième de la descente de samedi a largement apprécié. "J'adore les courses à Crans-Montana et je suis vraiment reconnaissante à tous ceux qui ont préparé cette piste, a-t-elle lâché. C’est grâce à eux si j’ai pu terminer sur le podium malgré mon dossard 20 et les températures élevées.» 

Le prochain rendez-vous de Crans-Montana avec la Coupe du monde féminine est fixé aux 23 et 24 janvier 2021. Une descente et un combiné seront à nouveau au programme.

Ester Ledecká: “Cette piste va devenir ma préférée”

Troisième du combiné de Crans-Montana, la Tchèque est désormais capable de briller sous tous les terrains, tant en ski qu'en snowboard. Interview.

En montant sur son troisième podium de Coupe du monde dimanche à Crans-Montana, Ester Ledecká a une nouvelle fois surpris le milieu du Cirque blanc. La championne olympique de géant parallèle en snowboard et de super-G en ski alpin à PyeongChang continue de faire éclater son talent aux yeux du grand public. Alors qu’elle s’était jusqu’ici illustrée en vitesse, l’athlète de 24 ans a pu confirmer en slalom sur la piste du Mont Lachaux, en signant le 5e temps de la manche sur une piste pourtant particulièrement exigeante.

Alors qu’elle va encore alterner entre le ski alpin et le snowboard d’ici la fin de l’hiver et qu’elle s’est déjà imposée dans les deux sports, Ester Ledecká garde le sourire et surtout la motivation qui fait sa force. Interview après son exploit de dimanche sur le Haut-Plateau.

Ester Ledecká, monter sur un podium en combiné, c’était une surprise pour vous?
Tout le monde était surpris, même mes entraîneurs, mais c’est une très bonne surprise. C’est juste magique pour être honnête. J’arrive à prendre du plaisir partout. C’était un challenge car je ne m’entraîne jamais sur une piste aussi raide et j’ai seulement 5 jours de slalom dans les jambes.

Il a fait très chaud à Crans-Montana. Comment avez-vous géré cette situation?
J’étais déjà venu il y a quatre ans mais je n’avais pu faire qu’un mini entraînement à cause de la météo défavorable. Là, je dois dire que les organisateurs ont fait un travail incroyable pour préparer cette extraordinaire piste durant les trois jours de compétition. Je ne sais même pas comment c’était possible d’avoir une piste en si bon état avec des températures pareilles. Je suis très honorée d’avoir pu profiter de leur travail. 

Vous serez de retour la saison prochaine?
Oui,  je vais clairement mettre ces courses à mon calendrier. Il semble bien que cette piste va devenir ma préférée.

Est-ce que votre expérience en snowboard a pu vous aider?
Je ne sais pas. Je ne me suis pas beaucoup entraînée en snowboard cette année alors j’espère que ça fonctionnera aussi dans l’autre sens car je vais encore m’aligner en slalom parallèle à Livigno (ndlr: le 10 mars).

Préférez-vous le slalom sur les skis ou en snowboard?
C’est très différent mais je prends du plaisir dans les deux. 

Vous êtes capable de gagner tant en snowboard qu’en ski. Comment récupérez-vous?
Je ne récupère pas, je suis un robot (rires). Non, plus sérieusement, je dois faire attention et il faut que je mette beaucoup d’huile dans mes circuits, c’est mécanique (rires). Encore plus sérieusement, je fais tout ce que je peux pour me reposer lors des petites pauses entre les épreuves mais ce n’est pas toujours simple. Bien sûr, je pratique deux sports différents, mais beaucoup de filles disputent toutes les disciplines sur les skis et c’est tout autant difficile, voire plus. On est sur la route pendant six mois. Mais j’aime vraiment ça.

Dans l’optique des Jeux olympiques de 2022, vous avez le snowboard et le ski dans le viseur?
Bien sûr (sourire). Comme chaque course à laquelle je participe, j’essayerai de gagner! Mais je ne suis pas la seule avec cet état d’esprit. Je vais tout faire pour gagner, mais je ne peux pas faire plus. 

Vous brillez snowboard, en ski en vitesse et désormais même en technique! Quelles sont vos limites?
Je n’ai aucune limite pour le moment (rires).

Photo: Agence Zoom

Ledecka

 

 

24 févr.

"Je n'ai pas oublié Crans-Montana"

Erika Reymond-Hess, l'une des plus grandes skieuses de l'histoire de la Coupe du monde, faisait partie de la foule à Crans-Montana le week-end dernier. La Nidwaldienne se réjouit chaque année de profiter de l'atmosphère particulière des courses dans ce lieu qui lui est cher. "Après tout, je n'ai pas oublié Crans-Montana et, en même temps, Crans-Montana ne m'a pas oublié non plus", sourit-elle.

Quand on évoque Crans-Montana avec Erika Reymond-Hess, la première chose qui lui vient à l'esprit est les Championnats du monde de 1987. "Beaucoup de souvenirs sont encore profondément ancrées dans mon cœur. Et les fans de ski me parlent souvent de Crans-Montana quand ils me croisent."Dans la station du Haut-Plateau, elle y avait remporté la médaille d'or en combiné et en slalom. Quelques semaines plus tard, la sextuple championne du monde et double lauréate de la Coupe du monde, mettait fin à sa carrière à l'âge de 25 ans. "J'avais décidé avant l'hiver que ce serait ma dernière saison."

L'ancienne championne suit toujours de près les compétitions de ski, même si son mari Jacques Reymond et elle ont cessé d'organiser les "Erika Racing Camps" pour jeunes skieurs l'an dernier, après trois décennies. Cependant, le couple continue à mettre sur pied les épreuves du "Erika Hess Open" qui dénombre trois courses par hiver.

La skieuse aux 31 succès en Coupe du monde se montre toujours impressionnée par les compétitions organisées dans la station valaisanne. "Depuis son retour au calendrier, beaucoup de choses ont été réalisées ici  à Crans-Montana et un énorme travail a été accompli". Erika Reymond-Hess s'est d'ailleurs montrée agréablement surprise des ajustements apportés à la piste du Mont Lachaux à travers le temps et notamment ces dernières années. "Mon mari et moi étions là-haut sur la piste, rien n'est comparable à avant."

Naturellement, pour l'ancienne championne, les Mondiaux doivent se tenir le plus rapidement possible à Crans-Montana. "En 2025, cela ferait 38 ans, cela fait déjà un bail. Mais si les Championnats du monde devaient être organisés en 2027, ce serait également un joli clin d'œil, 40 ans après 1987."

Erika Hess

 

 

24 févr.

«L’engouement pour le ski va se répercuter sur tout le Valais»

Comme des dizaines de milliers de fans, Frédéric Favre était ravi de l'ambiance qui régnait dans le "chaudron" de Crans-Montana vendredi et samedi. Le Conseiller d’Etat valaisan a insisté sur le fait que «le public est toujours extrêmement enthousiaste envers le ski» sur le Haut-Plateau.

Frédéric Favre

Cette vague d'enthousiasme se répercute également sur les athlètes présentes dans la station, qui se porte candidate à l’organisation des Championnats du monde de 2025. «Tout le milieu du Cirque blanc est visiblement heureux d'être ici à Crans-Montana», s’est-il réjoui lors de sa visite dans l’aire d’arrivée des courses de Coupe du monde. Frédéric Favre se porte garant d'un accueil chaleureux tant aux membres des équipes qu’au public suisse et international. «Il en sera évidemment de même lors des Championnats du monde», promet-il. Le quadragénaire de Vétroz, en poste depuis 2017, est convaincu «que l’engouement pour le ski à Crans-Montana va se répercuter sur tout le Valais». Le Conseiller d’Etat se félicite de voir que la population «ressent le désir de revivre quelque chose d'aussi spécial qu'en 1987».

Selon Frédéric Favre, cet engouement existe tant pour les dames que pour les messieurs: «Nous, Valaisans, aimons tout simplement toutes les disciplines, que ce soit le slalom, la descente ou le combiné. Je suis convaincu qu'il est dans l'intérêt de la FIS d'être présente dans des endroits comme Crans-Montana».

Que compte faire le Canton du Valais pour la candidature aux Championnats du monde? «Le plus important est certainement le soutien politique dans tous les domaines, explique-t-il encore. Il s'agit de montrer que ce n'est pas seulement la station de ski, le Comité d'organisation ou les remontées mécaniques qui s'intéressent à la Coupe du monde, mais tout le Canton.» Le Valais a promis à la FIS «de défendre cette candidature selon le slogan 'Tous ensemble’». Le Conseiller d'Etat en charge des sports est convaincu de la volonté des Valaisans de «vivre de grands moments d’émotion».

24 févr.

"Notre candidature a tout pour plaire"

Vendredi, Nicolas Féraud faisait partie des 7000 (!) spectateurs qui ont assisté à la première des trois courses de Coupe du monde de Crans-Montana. Le Président de la commune a allègrement fêté le doublé helvétique en descente réussi par Lara Gut-Behrami et Corinne Suter. Egalement Président de la candidature pour les Championnats du monde 2025, il a été «enchanté de voir qu’autant de monde a pris congé pour se rendre sur le Haut-Plateau».

NF1

Nicolas Féraud s’est également félicité de voir que «tout le public apprécie les courses de Crans-Montana, sur un site juste idyllique». Cette bonne ambiance est évidemment positive, mais il est également important pour le Président que la station puisse prouver qu’elle est capable d’organiser trois courses de haut niveau en trois jours: "De cette façon, nous montrons notamment à la FIS tout notre potentiel".

Les organisateurs de Crans-Montana ont acquis cette expertise en très peu de temps. Ce n’est, en effet, qu'il y a une quinzaine d'années que la volonté de la population et des hommes politiques ont eu la volonté d'organiser à nouveau des courses de Coupe du monde, se souvient Nicolas Féraud: "Après tout, le ski est dans nos gènes ici, et même dans tout le Valais». Crans-Montana est animé par le souhait "de faire découvrir son domaine skiable à un public plus large. Nous voulons également leur réserver un accueil chaleureux et rendre leur séjour agréable".

Pour Nicolas Féraud, Marius Robyr a été l’homme-clé de ces quinze dernières années. "Sans Marius comme Président du comité d'organisation, nous n'aurions jamais pu aller aussi loin, affirme-t-il C'est lui qui a su rallier les politiciens au niveau municipal, cantonal et même fédéral, ainsi que les donateurs privés, à notre cause. Marius a une personnalité forte et il réussit à diffuser sa passion à tout le monde".

C'est précisément cette passion qui est indispensable si Crans-Montana veut s’offrir les Mondiaux parallèlement à la Coupe du monde. Nicolas Féraud décrit la candidature valaisanne comme "exemplaire" et "parfaite". En même temps, il est conscient que les concurrents en Autriche et en Allemagne ont également travaillé dur sur leur dossier. Si Saalbach, déjà battu de justesse pour 2023, devrait remporter la mise pour 2025 "cela aurait même une certaine logique", estime Nicolas Féraud. Et dans ce cas, le Président promet de se remettre au travail immédiatement et tout mettre en oeuvre pour 2027. "Nous n'abandonnerons pas!" promet-il.

24 févr.

"L'aventure continuera quoiqu’il arrive"

En peu de temps, Crans-Montana est devenu une Classique très appréciée de la Coupe du monde féminine grâce notamment à l'exigeante piste du Mont Lachaux. L’impressionnant mur final participe au mythe, comme on l'a vu lors du slalom nocturne exhibition masculin en janvier disputé devant quelque 4000 spectateurs. La station profite également de la piste Nationale, devenue légendaire depuis les Championnats du monde de 1987, surtout du point de vue helvétique…
Quoi de plus logique finalement pour le site du Haut-Plateau que d'avoir les Championnats du monde en ligne de mire. "Nous avons tout ce qu'il faut pour que ça fonctionne", déclare Marius Robyr, président du Comité d'organisation des courses de Coupe du monde et Directeur exécutif de la candidature de Crans-Montana/Valais pour les Mondiaux 2025. L'un des grands atouts de la candidature valaisanne est le très fort soutien de la population.
MR2
Soutien total de la population locale
Comme en 1987, cet appui de la communauté locale est "absolu", selon Marius Robyr. Le grand patron des courses estime après la séance de présentation du 26 janvier "qu'à l'issue d'un vote, probablement 90 % des personnes interrogées se seraient prononcées en faveur des Championnats du monde. Contrairement aux Jeux olympiques, la population ne craint pas le gigantisme." Par ailleurs, les responsables politiques et touristiques soutiennent pleinement Marius Robyr et son équipe. «Nous voulons ces Mondiaux», affirme l’ancien commandant de la Patrouille des Glaciers.
Bien qu'il soit actuellement toujours présent sur les sites du matin au soir tant lors des courses de Coupe Europe que de Coupe du monde, Marius Robyr trouve le temps de se préparer pour le grand rendez-vous du ski alpinisme. Il estime son effort quotidien à "deux à trois heures", et assure qu’il aura le niveau de forme adéquat d'ici fin avril. L'ancien brigadier est également prêt à se lever tôt pour cet objectif: «Ces jours, le réveil sonne à 5 heures, explique-t-il. Ensuite, je prends les skis de randonnée de l’arrivée de la piste de Coupe du monde jusqu’au départ, le tout avant les courses.»
Toujours autant proactif, enthousiaste et optimiste, Marius Robyr sait également faire la part des choses. Il est conscient que Crans-Montana/Valais n’est pas favori dans la courses aux Mondiaux 2025: "C'est comme ça. Avec Saalbach et Garmisch, nous avons deux excellents concurrents. En outre, Saalbach avait déjà postulé pour les Championnats du monde de 2023 et il est rare qu'un candidat obtienne le gros lot du premier coup".
 
Séduire les membres du Conseil de la FIS
Mais Marius Robyr ne serait pas Marius Robyr s'il acceptait la situation sans réagir à l’approche du vote, le 21 mai à Royal Cliff. "Nous ne regardons pas les autres, nous nous concentrons sur ce que nous pouvons faire". Lors de la présentation de l'imposant dossier de candidature à la FIS, le Directeur exécutif de la candidature a ressenti que le comité en charge avait largement adhéré au projet. La présentation décisive en Thaïlande dans trois mois a pour but de "transmettre au monde extérieur la meilleure image possible de Crans-Montana et du Valais". Tout cela en «restant fidèles nos idées, notre ligne de conduite et surtout réalistes».
«Avec mon équipe, nous allons tout faire pour séduire les 17 membres du Conseil de la FIS afin qu'ils nous accordent leur confiance et nous donnent ainsi leur voix, précise encore Marius Robyr. Nous voulons qu'ils aient envie de venir à Crans Montana.» Si ce n'est pas pour 2025, la station valaisanne s’engagera à nouveau deux ans plus tard. «Nous serons à nouveau candidats en 2027 s’il le faut, ou même une troisième fois si nécessaire", affirme Marius Robyr. «L'aventure continue et continuera», promet-il.
22 janv.

Grande acclamation pour le projet Crans-Montana/Valais 2025

Marius Robyr, directeur exécutif de comité de candidature Crans-Montana/Valais pour les Championnats du monde de ski en 2025, a présenté mercredi soir à la population valaisanne le projet. Un projet qui a reçu un accueil extrêmement positif. Plus de 300 personnes ont répondu ce mercredi soir à l'invitation de Marius Robyr. La population valaisanne était conviée au Régent à Crans-Montana pour découvrir en détails le projet de candidature Crans-Montana/Valais 2025 qui se présentera au mois de mai face à la FIS, avec l'ambition d'obtenir l'organisation des Championnats du monde de ski alpin en 2025.

Un énorme défi

Après le discours de bienvenue de David Bagnoud, président de l'Association des communes de Crans-Montana ACCM et président de Lens, Marius Robyr, en tant que directeur exécutif de la candidature, a présenté le vaste projet dans toutes ses dimensions. L'objectif d'informer et d'inspirer la population valaisanne a été réussi grâce à un exposé enthousiaste, comme en témoignent les applaudissements nourris de l'assistance.

Au centre du discours, revenaient plusieurs notions chères au comité de candidature: authenticité, jeunesse, durabilité, émotion et passion.  Il ne faut pas oublier que Crans-Montana possède une tradition de courses alpines depuis 1911 et qu'elle a organisé avec brio et fierté les Championnats du monde de 1987 sur ses pistes du Mont Lachaux et de la Nationale.

Des soutiens de taille

Pour accueillir une nouvelle fois la fête du ski mondial, le budget, équilibré, de l'organisation s'élève à 77 millions de francs. Pour l'événement, la station du Haut-Plateau va construire un stade d'arrivée multifonctionnel totalement modernisé, offrir une plus grande infrastructure hôtelière ou encore augmenter la capacité de parking et de la télécabine des Violettes. A la vue de l'importance du projet, le comité de candidature peut compter sur le soutien des communes du Haut-Plateau, du canton du Valais, de la Confédération et de Swiss-Ski, via son Président Urs Lehmann qui est également vice-président du comité de candidature. Philippe P. Magistretti, président du conseil d'administration de CMA, le conseiller d'État valaisan Frédéric Favre, Sandra Felix, directrice adjointe de l'Office fédéral du sport, et Nicolas Féraud, président de la communauté de Crans Montana et président de la candidature, ont d'ailleurs pris la parole pour soutenir Crans-Montana/Valais 2025.

Marius Robyr n'oublie pas la réalité du terrain, malgré tout son enthousiasme. Il rappelle que le chemin jusqu'à la désignation de la ville hôte lors du congrès de la FIS, qui se tiendra en Thaïlande du 18 au 23 mai, est encore long. Hugo Steinegger, vice-directeur de la Candidature et coordinateur de la délégation qui fera le déplacement, en est également plus que conscient.Il mettra tout en oeuvre pour qu'à Royal Cliff, la présentation valaisanne marque les mémoires. La candidature de Crans-Montana/Valais 2025 fait figure de réel outsider face aux Allemands de Garmisch-Partenkirchen et, surtout, face aux Autrichiens de Saalbach.

DEPREZphoto, cransmontana

Lead
Marius Robyr, Directeur exécutif du Comité de Candidature
1 
David Bagnoud, Président de l'Association des Communes de Crans-Montana et Président de la commune de Lens
2 
Le public a répondu en nombre (plus de 200 personnes)
 3
Philippe P. Magistretti, Président du Conseil d'Administration de la Société des remontées mécaniques CMA
 4
Frédéric Favre, Conseiller d'Etat du canton du Valais
5 
Sandra Felix, Vice-Directrice de l'Office fédéral du sport
 6
Nicolas Féraud, Président de la commune de Crans-Montana et Président du Comité de Candidature
 7
Tous ensemble: depuis la gauche,  Claude-Alain Schmidhalter, Vice-Président de Swiss-Ski, Marius Robyr, Frédéric Favre, Sandra Felix et Nicolas Féraud (David Bagnoud et Philippe P. Magistretti, malheureusement absents sur la photo car appelés à d'autres obligations encore).


 Vidéo: Johan Tachet/SkiActu

Video: Keystone-ats

 

 

  

 

6 oct.

Un comité de candidature pour les Championnats du monde FIS de ski alpin 2025 Crans-Montana/Valais engagé et motivé

C’est pas à pas, étape après étape, engagé et des plus motivés, que le comité de candidature Crans-Montana/Valais pour les Championnats du monde FIS de ski alpin 2025 se dirige vers la décision finale qui sera prise le 21 mai prochain par le Conseil de la FIS dans le cadre du congrès de la Fédération Internationale de ski en Thailande, à Royal Cliff. Ceci en très étroite collaboration avec Swiss-Ski.

Le dossier de candidature, fort de 180 pages illustrées entre autres de nombreux plans techniques (exemple photo), a été remis à la FIS dans les délais impartis, soit au début septembre. La FIS a ensuite convoqué les trois villes candidates pour les CM 2025, Saalbach-Hinterglemm/Autriche, Garmisch-Partenkirchen/Allemagne et Crans-Montana, ainsi que les autres candidats Trondheim/Norvège (CM 2025 ski nordique), Harrachov/République tchèque (CM 2024 vol à ski) et Krasnoyarsk/Russie (CM 2025 ski freestyle et snowboard), pour une réunion de coordination de plusieurs jours. Puis, tous ces candidats ont dû effectuer un test de présentation lors des traditionnelles séances d’automne de la FIS se déroulant la première semaine d’octobre à Zurich. Chaque ville candidate disposait d’une heure pour exposer et expliquer les thèmes principaux de sa candidature à un groupe d’experts de la FIS, sous la conduite de la secrétaire générale Sarah Lewis

La délégation Crans-Montana/Valais était fort bien préparée et a plu par sa présentation animée défendue par les représentants suivants (photo, depuis la gauche): Bruno Huggler, directeur de Crans-Montana Tourisme et Congrès; Nicolas Féraud, président de la commune de Crans-Montana et président du comité de stratégie de la candidature; Dr. Urs Lehmann, président de Swiss-Ski et vice-président du comité de stratégie de la candidature; Marius Robyr, directeur du comité de candidature; Sophie Genoud, secrétaire; Hugo Steinegger, vice-directeur; Markus Murmann, responsable du domaine Sport.

Lead

1