17 mai

Bonnes nouvelles pour les courses Coupe du monde à Crans-Montana!

C’est en Grèce, à Costa Navarino, que s’est déroulé, du 13 au 19 mai 2018, le 51e Congrès de la Fédération Internationale de Ski FIS. Celui-ci a lieu chaque deux ans et a réuni quelque 1'100 délégués en provenance de 80 nations. Le Comité d’Organisation des épreuves Coupe du monde de Crans-Montana était représenté par son président, Marius Robyr, et ses deux vice-présidents, Markus Murmann et Hugo Steinegger (photo).

Dès 2021, les courses annuelles de Coupe du monde se dérouleront en janvier

En ce qui concerne le ski alpin, la FIS a divulgué e.a. le nouveau calendrier Coupe du monde pour les quatre prochaines années, 2018/19 - 2021/22. Crans-Montana ne peut que se réjouir. Dès la saison 2020/21, la station valaisanne verra ses épreuves se disputer, comme souhaité, la troisième semaine de janvier (au lieu des dates variables, février/mars, après les Championnats du monde ou les Jeux Olympiques d’hiver, comme c’est le cas actuellement).

Crans-Montana, site incontournable pour les épreuves de vitesse

Appréciant les exigences et l’attractivité de la fameuse Piste Mont Lachaux, la FIS veut se focaliser sur les épreuves de vitesse. Ainsi Crans-Montana devient une véritable « Classique dames», ce qui est de bonne augure pour les futurs Championnats du monde.

Le calendrier Coupe du monde Dames à Crans-Montana, de 2018/19 à 2021/22 :

23/24 février 2019          Descente et Combiné Alpin (Descente/Slalom)
22/23 février 2020          Descente et Super-G
23/24 janvier 2021         Descente et Super-G
22/23 janvier 2022         Descente et Super-G

Crans-Montana poursuit son soutien à la relève, si important, en particulier dans le domaine des épreuves de vitesse dames, en organisant des courses de Coupe d’Europe quelques jours seulement avant la Coupe du monde. Pour 2019 : deux descentes au programme (16/17 février).

C’est avec grand intérêt que fut suivie dans le cadre de ce Congrès l’élection par le Conseil de la FIS du site hôte des Championnats du monde FIS de ski alpin 2023. Deux candidats étaient en lice. Courchevel-Méribel/France (9 voix) l’a remporté devant Saalbach-Hinterglemm/Autriche (6 voix). Les prochains Championnats du monde de ski alpin auront ainsi lieu à : Åre/SUE (5-17.02.2019), Cortina d’Ampezzo/ITA (9-21.02.2021) et Courchevel-Méribel (6-19 février 2023).

Photo: Agence Zoom

21 avr.

Chapeau à Marius et ses fils!

Le Comité d'Organisation des épreuves Coupe du monde de ski alpin à Crans-Montana félicite chaleureusement son Président Marius Robyr pour sa splendide réussite, en compagnie de ses fils Stéphane et Alexandre, à la Patrouille des Glaciers 2018 (Arolla-Verbier).

Pour l'ancien commandant de la PdG (1990-2008), son grand rêve s'est enfin réalisé: après quatre essais déçus comme patrouilleur, le Brigadier a passé aujourd'hui pour la première fois la ligne d'arrivée de cette course mythique. Celle-ci franchie, il a reçu de nombreuses félicitations dont celles du Conseiller Fédéral Guy Parmelin.

"Il n'y a pas d'âge pour entreprendre et réussir. Tout est affaire de volonté et désir"!

Un tout grand bravo au trio Robyr!

Le Matin Dimanche (22.04.2018) a édité un article très touchant sur Marius Robyr et ses fils. Cette fois, la Patrouille des Glaciers c'est mission accomplie!
8 9
22 mars

A la santé de notre Président et à celle des épreuves Coupe du monde 2019!

Devenue une tradition désormais, la transition des courses Coupe du monde monde FIS 2018 à celles de 2019 a eu lieu dans le cadre enchanteur du Domaine de Balavaud à Vétroz, fief de notre dynamique et généreux sponsor « Vins », Jean-René Germanier (en photo avec Marius Robyr en ouverture de rubrique). Ce dernier a convié mercredi 21 mars le Comité d’Organisation et quelques invités de celui-ci, dont Martial Kamerzin, Président de l’Association des Communes de Crans-Montana, Grégoire Jirillo, Chef du Service des Sports du canton du Valais, ainsi que Bruno Huggler, Directeur de Crans-Montana Tourisme.

La soirée a débuté par une visite des impressionnantes caves, ponctuée de dégustations et suivie par une délicieuse raclette servie dans le magnifique caveau voûté bicentenaire dans lequel les premières vendanges se vinifièrent en 1896 ! Cette année, la soirée revêtait un caractère plus particulier encore. Après les mercis adressés aux personnes présentes pour l’énorme travail accompli dans le cadre des épreuves 2018 si bien réussies et la remise d’un cadeau d’anniversaire à Sophie Genoud, la précieuse secrétaire du Comité d’Organisation, place à la surprise. Avec quelques petites heures d’avance, on y a célébré les septante ans de notre fort estimé Président du Comité, Marius Robyr ! Joyeux anniversaire et à ta bonne santé, Mr President !https://youtu.be/EqolSvoWNck?t=2

Vous cherchiez encore LA bonne adresse pour compléter votre cave ? Vous l’avez trouvée. Nous vous conseillons vivement les vins de Jean-René Germanier du Domaine de Balavaud.

DEPREZphotos SA, Crans-Montana

6 mars

Un grand MERCI à tous!

 

(Annonce parue dans le Nouvelliste du 7 mars 2018)

4 mars

Un deuxième petit Globe pour Wendy Holdener

Wendy Holdener n'a pas failli dimanche sous le soleil retrouvé de Crans-Montana. Star annoncée du week-end, la Schwytzoise a cueilli le Globe de cristal du Combiné Alpin en terminant 4e d'une course remportée par Federica Brignone devant Michelle Gisin. Un petit Globe qui doit l'amener à rêver d'un plus grand.

"J'ai toujours dit dans le passé que je voulais devenir une skieuse complète. Ça reste d'actualité. Mais il ne faut pas sous-estimer la difficulté liée à l'enchaînement des courses au cours d'une saison. Je vais y aller pas à pas", a prudemment glissé Wendy Holdener à l'heure de l'interview.

"Il est trop tôt pour penser au grand Globe. Je vais d'abord finir la saison, dans laquelle il me reste des objectifs: je peux encore monter sur le podium final du Slalom, et je veux défendre ma deuxième place au général", a poursuivi la Schwytzoise. "Ensuite nous pourrons mettre sur pied un nouveau programme de préparation pour l'été. Mais je ne veux surtout pas négliger le Slalom et le Géant. Et Mikaela Shiffrin sera difficile à battre au général", a-t-elle souligné.

Proche des 1000 points

N'empêche que Wendy Holdener a clairement franchi un cap cette saison. Actuellement 4e de la Coupe du monde de Slalom, 8e de celle de Géant - discipline dans laquelle elle a démontré d'énormes progrès cet hiver -, elle a presque naturellement décroché un premier podium dans une discipline de vitesse samedi sur la piste du Mont-Lachaux (3e du Super-G) en surfant sur la vague de ses exploits olympiques.

La triple médaillée des Jeux de Pyeongchang (or dans le Team Event, argent en Slalom, bronze en Combiné) est d'ailleurs une solide dauphine de l'extra-terrestre Mikaela Shiffrin au classement général. Avec désormais 952 points à son compteur cette saison, elle a d'ores et déjà battu son record qui datait de l'exercice 2015/2016 (817 points, pour une 6e place finale au général). Et elle possède encore une belle marge de progression, notamment en Descente.

Un deuxième Globe après 2016

C'est la deuxième fois que Wendy Holdener s'adjuge le petit Globe du Combiné, après 2016. Si ce trophée, attribué après deux épreuves seulement cet hiver, n'est forcément pas aussi reluisant qu'un Globe conquis dans une "vraie" discipline (Descente, Super-G, Slalom, Géant), il vient bel et bien récompenser la polyvalence de la championne du monde 2017 du Combiné, qui fêtera ses 25 ans le 12 mai.

Forcément radieuse après son sacre, Wendy Holdener a cependant expliqué avoir vécu une journée difficile. "J'étais nerveuse, déjà avant le départ du Super-G. C'est sûr que je suis heureuse d'avoir gagné ce Globe, mais je n'ai pas pris beaucoup de plaisir en skiant de la sorte", a-t-elle lâché. "Samedi, la superbe ambiance mise par le public m'avait donnée des ailes. Mais aujourd'hui, ça m'a mise sous pression."

Gisin rêve aussi du général

La fête ne dut donc pas totale dimanche pour le fervent public valaisan, Federica Brignone ayant sorti le grand jeu en Slalom pour s'imposer pour la deuxième année consécutive dans la discipline à Crans-Montana. Seulement 17e de la manche de Super-G, Michelle Gisin a effectué une folle remontée. Mais l'Obwaldienne (24 ans également) a échoué à 0''03 de l'Italienne. "Cette 2e place vient confirmer mon titre olympique obtenu dans la discipline. Elle me ravit, même si j'ai manqué de très peu mon premier succès en Coupe du monde", a néanmoins expliqué Michelle Gisin.

Une Michelle Gisin qui déborde également d'ambitions: "Le grand Globe de cristal, tout le monde en rêve. J'ai déjà réalisé des choses incroyables cette saison, avec notamment cette médaille d'or. Je suis également très contente et très fière d'avoir disputé autant de courses tout en étant parvenue à être compétitive quand cela comptait le plus. Cette saison était un test avec le cumul des courses, et je l'ai réussi", s'est-elle réjouie. "Et j'ai passé un cap très important en ayant récolté plus de 500 points. Cela me permettra de partir avec le dossard no 31 lors des premiers Géants du prochain hiver. J'essaierai de me rapprocher des meilleures dans cette discipline dès celui de Sölden", a lâché l'Obwaldienne, dont les ambitions sont tout autant légitimes que celles de Wendy Holdener.

Le Comité d'Organisation des épreuves Coupe du monde du Haut-Plateau a lancé un petit clin d'oeil aux candidatures pour l'organisation des Championnats du monde FIS 2025 Crans-Montana/Valais et des Jeux Olympiques Sion 2026. 26 jeunes en provenance de tout le canton ont eu le privilège d'effectuer une descente sur la piste des Coupes du monde sous la conduite des anciens champions qu'étaient Erika Hess, Roland Colombin et Dominique Gisin.

Bilan final très positif

Marius Robyr, Président du Comité d’Organisation, peut être fier du travail fourni et tirer un bilan positif au terme des épreuves du weekend, un Super-G et un Combiné Alpin. Les athlètes ont fourni d’excellentes prestations et les divers ressorts du C.O., avec l’appui infaillible des remontées mécaniques ainsi que des militaires et  hommes de la protection civile, ont répondu à toutes les exigences émises. Ce qui fut également le cas d’ailleurs pour les quatre épreuves de Coupe d’Europe Dames déroulées peu de jours avant la grand messe. Autre fait réjouissant à mettre au bilan, la présence une fois encore d’un très nombreux public: 16'700 spectateurs ont honoré de leur présence les joutes Coupe du monde de cette fin de semaine, s’y ajoutent 5'500 fans lors des diverses animations et cérémonies mises en place à la patinoire d’Ycoor, sans oublier les 1'000 amateurs de musique populaire qui ont assisté samedi soir au concert des Oesch’s die Dritten tenu à la halle de tennis du Régent qui affichait complet pour l’occasion.

Au revoir et rendez-vous les 23 et 24 février 2019 pour suivre une Descente (samedi) et un Combiné Alpin (dimanche).

Le widget n'existe plus
3 mars

Le «Cirque Blanc» accueille le «Jodelzirkus»

Le concert des Oesch’s die Dritten qui s’est déroulé ce samedi soir à la halle de tennis du centre de congrès du Régent, et qui affichait complet depuis longtemps, a connu un immense succès. Le groupe le musique le plus populaire de Suisse a conquis et enthousiasmé les quelque 1000 spectateurs. Leur style est un aliage  unique de tradition, de charme et de virtuosité souligné par par la voix cristaline de Mélanie, véritable virtuose du jodel. Oesch’s die Dritten marie tradition et modernité comme peu d’autres groupes. On ne peut plus s’imaginer la scène nationale et internationale de la musique polulaire sans les Oesch’s. Sans Hansueli le papa, Annemarie, la maman, et leurs trois enfants, Mélanie, Kevin et Mike, et leur accordéoniste Urs Meier. Le trio Haut-Valaisan Kohlbrenner a eu pour mission de "chauffer" la salle. Boulot fait, très bien fait, c'était génial, au-delà de toutes espérances. Hugo Steinegger, Vice-Président du Comité des courses Coupe du monde et organisateur des deux divertissements musicaux, à la patinoire et dans la halle de tennis, à Crans-Montana, promet d’ores et déjà une suite à ces événements qui apportent un plus aux courses Coupe du monde. Oesch’s die Dritten ont ouvert les feux. Quel groupe de musique populaire de renommée internationle leur succèderont lors des épreuves Coupe du monde 2019 (23 et 24 février)? Surprise, mais réservez déjà les dates!

Photos: Luciano Moglionico

3 mars

Sympathique hommage pour Michelle, Wendy et Denise

Les points forts se sont succédés ce samedi soir à la patinoire d’Ycoor à Crans-Montana. Diverses animations pour débuter les festivités, puis l’emballant concert du plus célèbre groupe de musique populaire suisse, Oesch’s die Driten. Un moment haut en émotion a suivi.  Lorsque Marius Robyr, Président du Comité d’Organisation des épreuves Coupe du monde, a remis une magnifique cloche de vache au cuir personnalisé à chacune des trois fantastiques médaillées olympiques suisses, soit Michelle Gisin, Wendy Holdener et Denise Feierabend. Le très nombreux public a salué et félicité ces championnes par un tonnerre d’applaudissement. Même ambiance chaleureuse lors de la remise des prix du Super-G qui a succédé. A l’image de ce qui s’est fait vendredi, les ryders d’Ice Cross ont joué aux « livreurs de dossards » en dévalant leur fameuse piste. Du jamais vu encore en Coupe du monde. Feux d’artifice et disco glace ont comme toujours conclus les célébrations. Grand compliment aux organisateurs et à leurs animateurs !

 

3 mars

Les médaillées olympiques sur un nuage: Tina Weirather, Anna Veith et Wendy Holdener

La surprise Holdener, la déception Gut. Le contraste était saisissant dans le camp suisse après le Super-G de Crans-Montana. Wendy Holdener (3e) et Michelle Gisin (4e) irradiaient de bonheur, alors que Lara Gut (7e) ne pouvait masquer une déception légitime après avoir cédé la première place de la Coupe du monde de la discipline à la lauréate du jour Tina Weirather.

Partie avec le dossard 31, sans doute un peu aidée par une meilleure luminosité, Wendy Holdener a créé une immense surprise. "Ce qui vient de se passer est fou", a d'ailleurs lâché la Schwytzoise, jamais mieux classée que 19e dans la discipline jusque-là. "Je ne trouve rien d'autre à dire que "wouah". Je n'aurais jamais imaginé pouvoir être aussi bien placée dans ce Super-G", a-t-elle expliqué après avoir signé son premier podium dans une discipline de vitesse.

Le plein de confiance

Fatiguée à l'heure d'aborder les courses de Crans-Montana douze mois plus tôt, la skieuse d'Unteriberg affiche un tout autre visage alors qu'elle vise - comme l'an dernier - le Globe de cristal du combiné. "L'an passé, nous avions vécu notre premier grand événement" à l'occasion des Mondiaux de S-Moritz. "Ca nous avait pris beaucoup d'énergie, d'autant plus que ces Mondiaux étaient à la maison", a rappelé la vice-championne olympique de slalom.

"Là, j'ai pu me reposer après les JO, et je suis d'attaque", a-t-elle poursuivi. Est-ce l'énergie olympique? "En fait je crois que j'ai trouvé une énergie nouvelle dans l'optique du sprint final", a répliqué la Schwytzoise, qui a fait le plein de confiance avant le combiné de dimanche. "J'espère pouvoir réussir une aussi belle manche de Super-G", a soufflé Wendy Holdener, qui a remporté fin janvier à Lenzerheide le seul précédent Combiné de l'hiver.

Gisin 4e du classement de Super-G

Ejectée du podium pour 13 centièmes, Michelle Gisin n'était pas franchement rancunière. "C'est génial pour Wendy. Elle a très, très, très bien skié. Elle a pris tous les risques qu'il fallait, et mérite sa place sur le podium", a lâché, radieuse, la championne olympique de combiné.

"Cette 4e place, c'est super, je n'ai rien à redire. Ca aurait été cool de monter sur le podium", une performance qu'elle n'a réussie qu'une seule fois en Coupe du monde jusqu'ici (2e à St-Moritz en décembre). "Mais cette 4e place est très importante pour le classement de Super-G", a souligné l'Obwaldienne, qui figure désormais en 4e position dans la Coupe du monde 2017/2018 de la spécialité.

Michelle Gisin s'annonce d'ailleurs comme la principale rivale de Wendy Holdener dimanche en combiné. "Elle a réussi une manche parfaite aujourd'hui (réd: samedi), et pas moi", a rigolé la petite soeur de Dominique, avant de reprendre son sérieux. "Si Wendy est tout autant rapide en super-G, elle sera difficile à battre. Elle peut gagner le Globe, alors que je n'ai plus aucune chance. Si elle skie comme aujourd'hui, elle va le faire", a-t-elle conclu.

Gut à 46 points de Weirather

Lara Gut, qui comptait 18 points d'avance sur Tina Weirather avant cette course, a manqué le coche samedi. Devancée désormais de 46 points par la Liechtensteinoise, elle n'a plus son destin en mains avant l'ultime super-G de la saison à Are. Pour cueillir un troisième Globe dans la discipline après 2014 et 2016, elle devra vraisemblablement s'imposer en Suède, et espérer que Tina Weirather ne fasse pas mieux qu'une 4e place.

"Je suis toujours 2e du classement de la discipline", a tenté de positiver Lara Gut. "Je n'aurai rien à perdre à Are. Une course reste une course. Mais si tu parviens à gagner quelque chose, c'est que tu as réussi à l'obtenir. Si ça ne passe pas, ça s'arrête là, et tu recommences à travailler", a glissé la Tessinoise, qui est en quête d'un second souffle.

"La saison commence à être longue. Au début de l'hiver, j'arrivais à prendre à chaque fois l'aspect positif des choses afin d'avancer. Mais là, je me rends simplement compte que je manque quelque peu d'énergie. Les jours d'entraînement ratés l'été dernier (réd: à la suite de sa grave blessure au genou gauche) me manquent", a-t-elle poursuivi.

"Les autres années, c'était beaucoup plus simple de trouver ce supplément d'énergie. Là, je dois en faire un peu plus à chaque course, et j'ai aussi besoin de plus d'énergie pour récupérer", a regretté Lara Gut. "Je me sens bien sur les skis. Mais je n'ai pas la même base solide que les saisons précédentes" sur le plan physique, a-t-elle répété.

Weirather ne s'enflamme pas

Tina Weirather était quant à elle bien évidemment aux anges après avoir fait coup double sur la piste du Mont-Lachaux. "La pression retombe toujours après les Jeux", dans lesquelle elle s'est parée de bronze en super-G en devançant Lara Jut d'un centième. "Ca peut être dangereux, et je suis très heureuse d'avoir su garder toute ma concentration", a expliqué la Liechtensteinoise, qui estime que rien n'est joué dans la discipline: "Je devrai skier à fond à Are. Une 5e place pourrait ne pas suffire.

DEPREZphoto SA, Crans-Montana/Agence Zoom

 

 

2 mars

Tirage au sort des dossards attractif pour le Super-G

C’est à la patinoire d’Ycoor que se déroula vendredi le tirage au sort des dossards pour le Super-G de samedi. Il fut le cadre d’une nouveauté, la descente de spécialistes de Ice Cross, qui depuis cet hiver possèdent une  piste permanente à Ycoor, oeuvre de Derek Wedge, champion du monde en 2013 et l’un des ambassadeurs de Crans-Montana. Plusieurs interviews avec diverses athlètes et Marius Robyr, Président du Comité d’Organisation ont agrémenté ce premier rendez-vous devant un nombreux public. Les traditionnels feux d’artifice et la disco glace ont mis un point final. Demain samedi 3 mars, les festivités des cérémonies officielles à la patinoire  débuteront à 17h30. Parmi les points forts: le show musical des Oesch’s die Dritten (18h30) et l’hommage aux médaillées olympiques suisses Michelle Gisin, Wendy Holdener et Denise Feierabend après le tirage au sort des dossards pour le Combiné Alpin.

DEPREZphoto SA, Crans-Montana

2 mars

Hans Flatscher: "Aucun répit"

Les skieuses (et skieurs) retrouvent la routine de la Coupe du monde moins d'une semaine après la clôture des JO de Pyeongchang. Entraîneur en chef des Suissesses, Hans Flatscher est convaincu que ses protégées ont digéré leurs exploits sud-coréens et joueront les premiers rôles à Crans-Montana.

"Il n'y a eu aucun répit", concède le technicien autrichien. "Mais nous sommes de manière générale bien placés dans la lutte pour les Globes de cristal. Nous pouvons nous réjouir de vivre de belles courses à domicile.

Flatscher croit en Lara

C'est avec un Super-G que démarrera le week-end valaisan, demain samedi à 10h30. Une discipline dans laquelle les Suissesses ont essuyé un échec à Pyeongchang, la "faute" à l'étonnante Tchèque Ester Ledecka, qui a bouté Lara Gut hors du podium pour un centième en se parant d'or.

"Nous avons un compte à régler" en Super-G, estime d'ailleurs Hans Flatscher, qui est persuadé que la Tessinoise a pu soigner les douleurs au genou gauche qui l'avaient contrainte à renoncer au combiné olympique. "Lara avait peu de temps pour se remettre, elle a parfaitement su l'utiliser", assure-t-il.

Lara Gut jouera gros samedi, elle qui abordera l'avant-dernier super-G de l'hiver avec le dossard rouge de leader de la spécialité mais une marge de 18 points seulement sur la Liechtensteinoise Tina Weirather. Une Tina Weirather qui s'entraîne depuis de nombreuses années avec les Suissesses, mais que Hans Flatscher ne considère pas tout à fait comme sa protégée. "Au final, je suis l'entraîneur en chef des Suissesses, et je vibrerai forcément pour Lara", glisse-t-il.

Wendy Holdener sous pression

Les données sont plus simples avant le Combiné Alpin de dimanche (Super-G à 10h30, manche de Slalom à 13h30), dans lequel les Suissesses font figures de grandes favorites. "Nous avons une bonne équipe au départ", se contente d'affirmer Hans Flatscher. Doux euphémisme: son équipe aligne tout simplement la championne olympique (Michelle Gisin) et la championne du monde (Wendy Holdener) en titre.

Fortes de leurs exploits de Pyeongchang, l'Obwaldienne et la Schwytzoise seront d'ailleurs les grandes stars du week-end en l'absence de Mikaela Shiffrin et de Lindsey Vonn. La pression sera ainsi forte sur les épaules de Wendy Holdener, victorieuse à Lenzerheide du premier des deux seuls combinés prévus cet hiver. "Elle est évidemment bien placée pour conquérir le Globe. Mais une journée réservée à un combiné est toujours longue, et beaucoup de choses peuvent se produire", lâche prudemment Hans Flatscher.