2 juin

À l’aube d’une saison 2020/21 absorbante !

Crans-Montana et le Valais ont déjà les yeux tournés vers la saison 2020-2021. Une saison qui débutera le samedi 3 octobre à Zurich, en lieu et place de Royal Cliff/THAI site prévu avant son annulation due au coronavirus, lorsque sera dévoilé l'organisateur des Championnats du monde de ski alpin 2025 pour lesquels la station du Haut-Plateau est candidate. Ses adversaires : Saalbach-Hinterglemm/AUT (favori) et Garmisch-Partenkirschen/ALL. Du lourd !

Crans-Montana mettra ensuite sur pied, sous une nouvelle formule, son désormais traditionnel slalom nocturne hommes le mardi 29 décembre 2020. Un sacré show en perspective. Suivront deux descentes de Coupe d'Europe dames les samedi 16 et dimanche 17 janvier 2021, puis les courses de Coupe du monde, une descente et un combiné dames, le week-end du 23 et 24 janvier 2021.

Marius Robyr, directeur exécutif de la candidature Crans-Montana/Valais et président du Comité d'Organisation des courses de Coupe du monde, présente les différents défis du prochain hiver.

Vidéo : Johann Tachet/SkiActu

 

7 avr.

Urs Lehmann dans la course à la présidence de la FIS

Dans une interview de Valentin Oetterli de l'agence de presse Keystone-ATS, Urs Lehmann (51 ans), le président de longue date de Swiss-Ski, parle de sa candidature à la présidence de la FIS, de ses chances d'être élu et de la personne qui devrait le remplacer au sein de la fédération helvétique.
Urs Lehmann, vous avez pris votre temps avant d'annoncer votre candidature à la présidence de la Fédération Internationale de Ski FIS. Le moment est venu. Cela signifie-t-il que vous pensez vraiment avoir de bonnes chances de succéder à Gian Franco Kasper?
"J'ai fait mon analyse et je considère que mes chances d'être élu ne sont pas mauvaises. Nous pouvons garder la présidence de la FIS en Suisse - même si cela a été le cas durant 69 ans déjà. Mais il n'y a aucune garantie."
Le Bernois Marc Hodler a été président de la FIS pendant 47 ans à partir de 1951 et, en 1998, le Grison Gian Franco Kasper lui a succédé. C'est maintenant l’Argovien Urs Lehmann qui pourrait prendre la relève. Certains se demandent pourquoi on ferait à nouveau confiance à un Suisse?
"La nationalité, le sexe, la couleur de la peau, rien de tout cela ne devrait importer. Il faut élire la personne la plus apte à occuper ce poste. C'est à moi de convaincre les électeurs de mes qualités et de mes capacités. Si au final, ils décident de ne plus faire confiance à un Suisse, j’accepterai."
Au cours des nombreuses conversations que vous avez eues ces derniers mois, quelles personnes et quels pays vous ont apporté leur soutien?
"Je ne peux entrer dans le détail. En fait, je m'intéresse à ce poste depuis un certain temps déjà. Mais j'ai toujours dit que je ne me positionnerais pas avant la démission de Gian Franco Kasper. En janvier, je suis allé le voir et il m'a présenté sa situation de manière très ouverte et transparente. Je savais déjà certaines choses, mais d’autre pas. Je me suis donc informé des préoccupations des associations qui doivent voter et j'ai réfléchi à ce que je pouvais faire. Je sais donc maintenant à peu près où je me situe et quels pays et régions me soutiennent."
Pourquoi voulez-vous devenir président de la FIS ?
"Il y a différentes raisons. J’apprécie beaucoup ma position actuelle, avec Similasan (société de produits homéopathiques) et Swiss-Ski. Mais la présidence de la FIS est une opportunité que vous n'avez probablement qu'une fois dans votre vie. J'ai eu le privilège de pouvoir profiter d'une telle occasion une fois auparavant dans ma vie, lorsque je suis devenu champion du monde de descente (1993). Et là, je suis convaincu de pouvoir mener à bien cette tâche difficile et importante. De nombreuses personnes attestent que je suis apte à cette tâche. Je ressens un grand soutien au niveau national et international."
Quels sont les thèmes de votre campagne électorale?
"J'ai écrit un manifeste. C'est en quelque sorte mon programme électoral officiel. Il dit, par exemple, que nous devons renforcer le sport. Nous devons trouver des formats plus attrayants. Plus nous nous en approcherons, plus les athlètes auront la possibilité de participer et plus le système disposera de sponsors et d'argent. Ces fonds pourront être réinvestis dans le sport. Il s'agit d'un cycle vers le haut et c'est quelque chose que nous, chez Swiss-Ski, avons systématiquement appliqué. Le deuxième point est que si le sport devient plus attrayant, nous devons être en mesure de le commercialiser davantage. Un sujet qui existe pour moi, par exemple, est une tournée en Asie. Les marchés sont en expansion - ce qui n’est pas le cas en Europe. Concrètement, il n’y a pas besoin d'une révolution, mais d'une évolution cohérente. C'est important pour moi."
Quels sont les autres points de votre manifeste?
"La gouvernance doit être renforcée, par exemple en ce qui concerne les questions de genre et du climat. Des structures claires doivent être créées. La FIS devrait également agir de manière proactive à l'avenir. Pour l'instant, elle est toujours en retard sur ces questions, comme l'était le ski suisse à certaines époques. Mais nous avons réussi à reprendre les commandes afin d’avoir notre destin en mains. Je veux aussi voir une FIS unie et plus forte. Il y a plus de 70 nations votantes et, en outre, 60 fédérations nationales associées sans droit de vote. Il faut que les fédérations puissantes le restent, mais en même temps essayer de renforcer les fédérations moyennes et plus faibles."
Quand vous entendez "FIS", à quoi pensez-vous?
"Dans mon manifeste, il est dit: «Our future is strong». Cette expression est devenue mon slogan. La FIS, en tant qu'organe directeur, est l'une des fédérations de sports d'hiver les plus fortes. Près de la moitié des médailles qui seront décernées aux Jeux olympiques d'hiver sont distribuées dans les sports gérés par la FIS, qui a donc fait beaucoup de bonnes choses dans le passé. La FIS a également connu relativement peu de scandales et d'incidents de dopage ces dernières années. L'association a une image relativement positive. Il s'agit maintenant de faire passer cette solide construction dans une nouvelle ère. Pour moi, il est clair que les choses doivent changer. Au début, il y aura de la résistance. Mais je suis convaincu qu’une évolution est nécessaire et qu’elle aura lieu."
En raison de la pandémie de coronavirus, le congrès de la FIS en Thaïlande qui devait se tenir en mai a été annulé. L'élection du successeur de Gian Franco Kasper aura donc lieu au plus tôt à l'automne. Regrettez-vous cette situation?
"Toute la question du Covid-19 est une tragédie pour l'humanité. Pour la FIS, où un changement de génération est programmé, ça tombe au pire moment. Mais nous ne pouvons rien faire, si ce n'est attendre et espérer que la situation soit résolue lors des traditionnelles réunions d'automne à Zurich."
En raison du report du congrès, votre réélection en tant que président de Swiss-Ski est probable lors de la réunion des délégués à Frutigen à la fin du mois de juin. Allez-vous vous présenter à nouveau?
"Oui, si la réunion des délégués peut avoir lieu à ce moment-là. Si je ne suis pas élu président de la FIS, je continuerai à travailler pour Swiss-Ski pendant quatre ans encore. Mais bien sûr, l'association dispose d'un plan de succession. Chez Swiss-Ski, nous avons la chance que Peter Barandun (CEO et président du conseil d'administration de Electrolux Suisse) soit prêt à reprendre le bureau. Mais si cela ne fonctionne pas entre moi et la FIS, je resterai président de Swiss-Ski et lui vice-président.
Et qu'en est-il de Similasan?
"Je vais certainement y rester, mais mon rôle pourrait changer. Cette question a été abordée et les retours du conseil d’administration ont été très favorables. Tout s'est déroulé au cours du premier trimestre, car je voulais à l'origine annoncer ma candidature lors des finales de la Coupe du monde à Cortina d’Ampezzo. »
Traduction de l'interview: Laurent Morel/SkiActu
Lead1
Urs Lehmann lors de la remise la lettre d'intention pour la candidature Crans-Montana/Valais 2025 à Gian Franco Kasper, président de la FIS.
24 févr.

Un grand MERCI à tous!

 Annonce "Remerciements" dans Le Nouvelliste du 26.02.2020

2020-02-25 LORO-VS

Annonce "Remerciements" dans Le Nouvelliste du 25.02.2020

1

24 févr.

Le Mont Lachaux: une piste digne des Championnats du monde

Crans-Montana a été une nouvelle fois le théâtre de courses sensationnelles ce week-end. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les skieuses de la Coupe du monde ont été charmées par la piste du Mont Lachaux, qu’elles ont largement louée. Autour du président Marius Robyr, le comité d’organisation a reçu les félicitations de tout le Cirque blanc pour des épreuves «dignes de Championnats du monde».

Corinne Suter, déjà troisième en descente en 2019 à Crans-Montana, n'a pas tari d'éloges sur la piste du Haut-Plateau. «Elle possède tout ce qui fait la force d'une piste de descente et serait évidemment parfaite pour des Championnats du monde», a déclaré la Schwytzoise de 25 ans. La meilleure descendeuse de l’hiver était extrêmement heureuse de s’assurer le Globe de cristal de la discipline devant le public helvétique samedi.

De son côté, Lara Gut-Behrami n'avait pas eu le coup de foudre dès sa première compétition sur la piste du Mont Lachaux - elle n’avait pas terminé la descente en 2014 et malgré plusieurs succès à l’entraînement, n’avait jamais pu confirmer en course. Mais elle a finalement réussi à la dompter cette année en remportant deux descentes en 24 heures! «C’est sûr que maintenant, j’apprécie bien plus cette piste», a rigolé la Tessinoise de 28 ans. La skieuse de Comano serait plus que satisfaite si les Championnats du monde avaient lieu en Valais en 2025, a-t-elle avoué.

1

Et que dire de Federica Brignone, qui parle de Crans-Montana comme d’un «endroit magique». L’Italienne a gagné le combiné, son quatrième en quatre ans sur le Mont Lachaux.

Même l’Autrichienne Nina Ortlieb, troisième de la descente de samedi a largement apprécié. "J'adore les courses à Crans-Montana et je suis vraiment reconnaissante à tous ceux qui ont préparé cette piste, a-t-elle lâché. C’est grâce à eux si j’ai pu terminer sur le podium malgré mon dossard 20 et les températures élevées.» 

Le prochain rendez-vous de Crans-Montana avec la Coupe du monde féminine est fixé aux 23 et 24 janvier 2021. Une descente et un combiné seront à nouveau au programme.

 

Ester Ledecká: “Cette piste va devenir ma préférée”

Troisième du combiné de Crans-Montana, la Tchèque est désormais capable de briller sous tous les terrains, tant en ski qu'en snowboard. Interview.

En montant sur son troisième podium de Coupe du monde dimanche à Crans-Montana, Ester Ledecká a une nouvelle fois surpris le milieu du Cirque blanc. La championne olympique de géant parallèle en snowboard et de super-G en ski alpin à PyeongChang continue de faire éclater son talent aux yeux du grand public. Alors qu’elle s’était jusqu’ici illustrée en vitesse, l’athlète de 24 ans a pu confirmer en slalom sur la piste du Mont Lachaux, en signant le 5e temps de la manche sur une piste pourtant particulièrement exigeante.

Alors qu’elle va encore alterner entre le ski alpin et le snowboard d’ici la fin de l’hiver et qu’elle s’est déjà imposée dans les deux sports, Ester Ledecka garde le sourire et surtout la motivation qui fait sa force. Interview après son exploit de dimanche sur le Haut-Plateau.

Ester Ledecká, monter sur un podium en combiné, c’était une surprise pour vous?
Tout le monde était surpris, même mes entraîneurs, mais c’est une très bonne surprise. C’est juste magique pour être honnête. J’arrive à prendre du plaisir partout. C’était un challenge car je ne m’entraîne jamais sur une piste aussi raide et j’ai seulement 5 jours de slalom dans les jambes.

Il a fait très chaud à Crans-Montana. Comment avez-vous géré cette situation?
J’étais déjà venu il y a quatre ans mais je n’avais pu faire qu’un mini entraînement à cause de la météo défavorable. Là, je dois dire que les organisateurs ont fait un travail incroyable pour préparer cette extraordinaire piste durant les trois jours de compétition. Je ne sais même pas comment c’était possible d’avoir une piste en si bon état avec des températures pareilles. Je suis très honorée d’avoir pu profiter de leur travail. 

Vous serez de retour la saison prochaine?
Oui,  je vais clairement mettre ces courses à mon calendrier. Il semble bien que cette piste va devenir ma préférée.

Est-ce que votre expérience en snowboard a pu vous aider?
Je ne sais pas. Je ne me suis pas beaucoup entraînée en snowboard cette année alors j’espère que ça fonctionnera aussi dans l’autre sens car je vais encore m’aligner en slalom parallèle à Livigno (ndlr: le 10 mars).

Préférez-vous le slalom sur les skis ou en snowboard?
C’est très différent mais je prends du plaisir dans les deux. 

Vous êtes capable de gagner tant en snowboard qu’en ski. Comment récupérez-vous?
Je ne récupère pas, je suis un robot (rires). Non, plus sérieusement, je dois faire attention et il faut que je mette beaucoup d’huile dans mes circuits, c’est mécanique (rires). Encore plus sérieusement, je fais tout ce que je peux pour me reposer lors des petites pauses entre les épreuves mais ce n’est pas toujours simple. Bien sûr, je pratique deux sports différents, mais beaucoup de filles disputent toutes les disciplines sur les skis et c’est tout autant difficile, voire plus. On est sur la route pendant six mois. Mais j’aime vraiment ça.

Dans l’optique des Jeux olympiques de 2022, vous avez le snowboard et le ski dans le viseur?
Bien sûr (sourire). Comme chaque course à laquelle je participe, j’essayerai de gagner! Mais je ne suis pas la seule avec cet état d’esprit. Je vais tout faire pour gagner, mais je ne peux pas faire plus. 

Vous brillez snowboard, en ski en vitesse et désormais même en technique! Quelles sont vos limites?
Je n’ai aucune limite pour le moment (rires).

DEPREZphoto sa, cransmontana

Ledecka

 

23 févr.

"Des compétitions extraordinaires, fantastiques, parfaites"

Dimanche, après la troisième journée de compétition, Marius Robyr a évoqué un millésime spécial qu'il a vécu en tant que Président du comité d'organisation des courses de la Coupe du monde à Crans-Montana.

"C'était un week-end absolument extraordinaire. Nous avions le temps de notre côté, les conditions de piste étaient excellentes et les fans étaient tout simplement fantastiques". Ce sont en tout 31'000 supporters qui ont assisté aux trois courses, alors que les cérémonies protocolaires et de tirage au sort des dossards ont attiré chaque soir 3000 personnes à la patinoire d'Ycoor.

Marius Robyr se montrait heureux de l'ensemble des événements de ski organisé dans la station du Haut-Plateau cet hiver. "Du slalom nocturne d'exhibition en janvier aux courses de la coupe d'Europe et de la coupe du monde, tout a été un succès complet." Celui qui est aussi directeur exécutif de la candidature de Crans-Montana/Valais aux Championnats du monde est convaincu que le bon déroulement des compétitions est un "bon signe" en vue du choix du site qui accueillera les Mondiaux en 2025.

"Il est important de séduire, avec la meilleure des présentations possibles les 17 membres du conseil de la FIS qui devront trancher entre les trois candidatures de Crans-Montana, Garmisch-Partenkirchen et Saalbach-Hinterglemm lors du congrès FIS qui aura lieu du 18 au 22 mai", poursuit-il. "Le leitmotiv de notre présentation est le top du top". Pour Marius Robyr, "les décideurs de la FIS doivent avoir envie de venir à Crans-Montana".

Vidéo: Johan Tachet/SkiActu

 

23 févr.

Federica Brignone en championne à Crans-Montana

L'Italienne a réussi la bonne opération du jour en Valais. Grâce à sa victoire en combiné, la quatrième à Crans-Montana, elle s'empare de la tête du classement général de la Coupe du monde. Les Suissesses ont manqué de peu le podium.

Elle n’osait pas y croire en arrivant à Crans-Montana et pourtant elle l’a fait. Federica Brignone quitte le Valais avec le dossard rouge de leader du général de la Coupe du monde. La Valdôtaine a remporté dimanche le combiné sur la piste du Mont Lachaux en survolant la concurrence dès la manche de super-G. Dans la discipline, il s’agit de sa quatrième victoire en 4 ans (5 courses) à Crans-Montana. Par ailleurs, elle s’était déjà imposée dans la première course de la saison dans la discipline, à Altenmarkt-Zauchensee et file donc vers le Globe de la discipline puisqu’elle compte 75 points d’avance sur Wendy Holdener avant l’ultime course de la saison dans une semaine à La Thuile (ITA).

A Crans-Montana, Federica Brignone a notamment profité de la sortie de Petra Vlhova. La Slovaque, deuxième du super-G, se battait avec l’Italienne pour la victoire mais elle a enfourché. Il faut dire qu’elle souffre d’un genou. Selon quelques indiscrétions de la RAI et de RSI notamment, celle qui est troisième du classement général de la Coupe du monde souffre d’un écrasement du cartilage au niveau du plateau tibial. Alors que du repos lui est conseillé, elle a décidé de poursuivre sa saison où elle peut encore remporter le grand Globe.

La tête du classement général pour Brignone

Le podium est donc complété par l’Autrichienne Franziska Gritsch et la Tchèque Ester Ledecka, qui montent respectivement sur leur 2e et 3e podiums de Coupe du monde. De leur côté, les Suissesses n’ont pas réussi à enchaîner après les deux doublés en deux jours réussis en descente. Michelle Gisin (8e du super-G) a pris la 4e place finale, à 0″11 seulement du podium. Wendy Holdener (10e du super-G) a de son côté quelque peu manqué sa manche de slalom et doit se contenter du 5e rang final.

Grâce à sa victoire, Federica Brignone s’empare donc de la tête du classement général de la Coupe du monde, avec 73 points d’avance sur Mikaela Shiffrin. Absente en Valais, l’Américaine se remet du décès soudain de son père. Pour rappel, il reste quatre étapes à la Coupe du monde féminine cet hiver (La Thuile, Ofterschwang, Åre, Cortina).

DEPREZphoto sa, cransmontana/Agence Zoom

1 10
1re Federica Brignone/ITA  
7 12
2e Franziska Gritsch/AUT  
 4  11
3e Ester Ledecka/CZE  
   
6   13
4e Michelle Gisin/SUI  
2 14
5e Wendy Holdener/SUI  
podium

 

 

Michelle Gisin: “Un résultat positif”

Michelle Gisin et Wendy Holdener échouent au pied du podium du combiné de Crans-Montana. Si pour la première, cette 4e place est bonne à prendre, la seconde a des regrets.

Après les deux doublés lors des descentes de Lara Gut-Behrami et Corinne Suter, les Suissesses ont dû se contenter des places d’honneur dimanche lors du combiné qui clôturait le week-end des compétitions de Crans-Montana. Quatrième et cinquième, Michelle Gisin et Wendy Holdener n’ont pas été en mesure de se battre pour la victoire avec Federica Brignone.

Pour Michelle Gisin, cette place au pied du podium représente un excellent résultat, elle qui avait chuté vendredi lors de la première descente. “Ce n’était pas facile après ma chute, elle m’a couté beaucoup d’énergie. J’ai d’ailleurs pleuré toute l’après-midi. C’était très positif de tout laisser sortir car je me sentais ensuite beaucoup mieux. Et du coup, je suis vraiment contente avec mon résultat dans ce combiné.”

L’Obwaldienne manque le podium pour 11 petits centièmes par rapport à Ester Ledecka. Dommage pour la Suissesse qui a commis quelques imprécisions tant lors du super-G matinal que lors du slalom de l’après-midi. Toujours est-il qu’elle ne s’en formalise point. “J’ai trop risqué, notamment en super-G où je fais une grosse erreur. En slalom, j’ai alors voulu attaquer, car il n’y avait que cela à faire. C’est dommage que le podium m’échappe à cause de ces fautes, mais le plus important était de bien skier, d’attaquer et d’aller à fond.”

Wendy Holdener: “J’espérais beaucoup mieux”

Derrière Michelle Gisin, Wendy Holdener tenait un discours opposé. La Schwytzoise n’était pas vraiment satisfaite de sa performance. “J’avais d’autres attentes”, certifie la double championne de la spécialité qui ne trouve pas la clé sur cette piste du Mont Lachaux dans la discipline, elle qui ne compte qu’une troisième place en combiné à Crans-Montana, l’an dernier. “Je dois analyser Federica (Brignone), pour voir ce que je peux faire de mieux.”

Ce dimanche, Wendy Holdener avait déjà manqué son super-G accusant un retard d’une seconde et demie sur Brignone. Un retard déjà rédhibitoire lorsque l’on songe que la piste a creusé lors de la manche de slalom. “J’espérais encore monter sur le podium après le super-G, mais je n’ai pas réussi à faire ce que je souhaitais sur une piste difficile à skier.”

Cinq Suissesses dans les quinze

Après son quatrième rang de l’an dernier, Rahel Kopp cueille une très bonne 9e place. “Mon objectif était de rentrer dans le top 10”, lance la Saint-Galloise. “Même si j’espérais secrètement rééditer ma performance de l’an dernier.” Le bon bilan helvétique est complété par Priska Nufer (13e) et Jasmina Suter (14e) qui se classent parmi les quinze. Pour Jasmina Suter, c’est le meilleur résultat en Coupe du monde.

Vidéo: Johan Tachet/SkiActu

 

 

22 févr.

Quand le "Cirque blanc" rencontre le monde du "Jodelzirkus"

Le concert des Oesch’s die Dritten, qui s’est déroulé à guichet fermé ce samedi soir à la halle de tennis du centre de congrès du Régent a connu un immense succès. Le groupe le musique le plus populaire de Suisse a conquis et enthousiasmé les quelque 1000 spectateurs. Leur style est un aliage  unique de tradition, de charme et de virtuosité souligné par par la voix cristaline de Melanie, véritable virtuose du jodel. Oesch’s die Dritten marie tradition et modernité comme peu d’autres groupes.

On ne peut plus s’imaginer la scène nationale et internationale de la musique populaire sans les Oesch’s. Sans Hansueli le papa, Annemarie, la maman, et leurs trois enfants, Melanie, Kevin et Mike, sans oublier leur accordéoniste Urs Meier. Un des moments forts de la soirée fut l’interprétation magistrale de l’Hymne de la Coupe du monde Crans-Montana, initiée par Hugo Steinegger et née de la plume de Melanie. Les Amis de Sonville, groupe éminemment sympathique de Nendaz, a eu pour mission de chauffer la salle. Exercice plus que réussi ! Natal Borgeat, lanceur de drapeau à la grande dextérité, et le trio de cors des alpes formé de Edward Aymon, Victor Bonvin et Jean-Claude Rion, ont apporté la note montagnarde à la soirée.

Hugo Steinegger, Vice-Président du Comité des courses Coupe du monde et organisateur de la Coupe du monde Party à Crans-Montana, a d’ores et déjà promis un nouvelle édition de ce rendez-vous musical tant apprécié dans le cadre de la Coupe du monde de ski.

Photos: Luciano Moglionico/DEPREZphoto sa, cransmontana

1 
5
 2
6
 3
 4

 

 Video: Johan Tachet/SkiActu

 

22 févr.

Lara Gut-Behrami double la mise, le globe de cristal pour Corinne Suter

Lara Gut-Behrami et Corinne Suter réalisent un nouveau magnifique doublé lors de la seconde descente de Crans-Montana. Grâce à sa 2e place, la Schwytzoise remporte également le Globe de cristal de la spécialité.

Lara Gut-Behrami et Corinne Suter sont intenables à Crans-Montana. Au lendemain de leur doublé lors de la première descente dans la station du Haut-Plateau, les deux Suissesses ont remis le couvert lors de la seconde pour le plus grand bonheur des milliers de spectateurs présents. 

Avec une confiance et un ski retrouvés, Lara Gut-Behrami a réalisé une nouvelle prestation de haute volée pour signer un deuxième succès en deux jours. La Tessinoise signe en Valais la 26e victoire de sa carrière et rejoint au palmarès Tina Maze et Michela Figini, rien que cela. C'est la quatrième fois que la skieuse de Comano parvient à réaliser un doublé dans un même week-end, un exploit qu'elle n'avait plus réussi depuis décembre 2015 à Val d'Isère. Il ne faut pas oublier que Lara Gut-Behrami a longtemps cravaché pour retrouver son meilleur niveau, elle qui avait été blessée au genou lors des Mondiaux de Saint-Moritz en 2017 alors qu'elle se trouvait au top de sa forme.

Un premier Globe de descente depuis 1991

Il s'en est fallu de peu pour la Tessinoise qui a devancé une nouvelle fois Corinne Suter. Si son avance était de 0''80 vendredi, il n'était que de 0''02 ce samedi sur sa compatriote. Toujours est-il que Corinne Suter peut largement savourer ce nouveau podium, le 8e de sa carrière car il lui permet de conquérir le Globe de cristal de la descente. La Schwytzoise ne peut plus être rejoint par la Tchèque Ester Ledecka au classement de la spécialité, alors qu'il ne reste plus qu'une épreuve à Cortina.

Pour Corinne Suter, c'est un véritable accomplissement, elle qui a véritablement explosé il y a une année lors des Mondiaux de Are, avant d'aligner les podiums dans les disciplines de vitesse. Libéré de toute pression, elle a su se montrer extrêmement constante pour cueillir le premier Globe de cristal en descente depuis 1991 et le sacre de Chantal Bournissen.

Le podium de la seconde descente de Crans-Montana est complété par la surprenante autrichienne Nina Ortlieb qui grimpe pour la première fois sur la boîte en Coupe du monde. La fille de Patrick Ortlieb est passée également toute proche du sacre puisqu'elle échoue à 5 centièmes de Lara Gut-Behrami.

DEPREZphoto sa, cransmontana/Agence Zoom

1
1re Lara Gut-Behrami/SUI
2
2e Corinne Suter/SUI
3
3e Nina Ortlieb/AUT
6
Le charmant podium de la deuxième descente au progamme.
ambiance
10
podium

 

Corinne Suter: “Je suis très fière”

Deuxième de la deuxième descente de Crans-Montana, Corinne Suter est assurée de remporter le Globe de cristal de la descente. La Schwytzoise était très émue dans l'aire d’arrivée.

C’est fait! Corinne Suter ne peut plus être rejointe en tête du classement de la Coupe du monde de descente. La vice-championne du monde est d’ores et déjà assurée de repartir avec le Globe de cristal de la discipline, alors qu’il ne reste que la course des finales de Cortina d’Ampezzo à disputer. Cela faisait 29 ans et le sacre de Chantal Bournissen que la Suisse attendait ça.

“C’est incroyable, une immense joie, je suis trop contente, s’est exclamée la skieuse de 25 ans. J’étais stressée avant la course, bien plus que d’habitude. Je voulais confirmer ma performance d’hier et ça c’est extrêmement bien passé. Je ne pense pas que les gens s’attendaient à voir deux doublés helvétiques en deux jours. C’est tout simplement magnifique.” Il ne lui a manqué cette fois que 0″02 pour dominer une Lara Gut-Behrami irrésistible sur la piste du Mont Lachaux.

La constance récompensée

Pour cette seconde descente en deux jours, Corinne Suter a su faire fi de la fatigue: “Aujourd’hui, j’étais crevée car je n’ai pas très bien dormi et la journée d’hier était très éprouvante. Mais je me suis dit qu’il fallait tout donner pour une minute et demie. J’ai vraiment réussi à gérer ma course, c’est génial.”

Surtout, ce nouveau podium, le 6e lors de 10 dernières descentes de Coupe du monde lui offre un Globe de cristal qui récompense sa progression au fil des derniers mois. “Etre si constante sur toute une saison, c’est incroyable. Je suis très fière, s’est réjoui la Schwytzoise. Ce Globe, c’était un rêve devenu un objectif avec le temps.”

Désormais, Corinne Suter peut se concentrer sur la chasse au Globe de cristal du super-G, dont elle mène actuellement le classement. “Je vais adopter la même ligne de conduite”, promet-elle. Prochain rendez-vous pour elle le week-end prochain à La Thuile (ITA).

Vidéo: Johan Tachet

 

 

 

21 févr.

Une cérémonie haute en couleurs pour lancer le week-end

Le public a répondu présent en nombre pour fêter les vainqueurs de la première descente de Crans-Montana ce vendredi. Sur la patinoire d’Ycoor, Lara Gut-Behrami, Corinne Suter et Cie ont été récompensées devant des centaines de drapeaux suisses.

Par la suite, les dix meilleures descendeuses du monde ont participé au tirage au sort des dossards de la course de samedi. Arrivées en tyrolienne sur la scène, elles ont ensuite choisi leur numéro en profitant d’un numéro d’artistes aux talents divers. Musiciens, danseurs et magiciens se sont relayés sur la scène valaisanne pour le plus grand bonheur de la foule.

Rendez-vous samedi dès 10h30 sur la piste du Mont-Lachaux pour la deuxième descente de Coupe du monde au programme cette année.

Vidéo: Johan Tachet/SkiActu

DEPREZphoto sa, cransmontana

1
Le fier podium de la descente reprise de Rosa Khutor/RUS à l'heure de l'hymne national.
2
La Suissesse Corinne Suter s'élancera avec le dossard 3 samedi lors de la deuxième descente au programme.
Ambiance
Le public est venu en nombre célébrer les athlètes lors des cérémonies qui se sont déroulées à Ycoor,

 

21 févr.

Incroyable doublé suisse à Crans-Montana!

Lara Gut-Behrami est de retour sur la plus haute marche du podium! La Tessinoise a survolé la première descente de Crans-Montana devant Corinne Suter.

La fête était belle ce vendredi matin sur le Haut-Plateau! Alors que le public a répondu présent en nombre pour suivre la descente reprise de Rosa Khutor (RUS), les Suissesses ont assuré le show sur la piste du Mont Lachaux. Et Lara Gut-Behrami a retrouvé toutes ses sensations pour s’offrir un succès de prestige à Crans-Montana, son premier dans la station valaisanne, qui ambitionne d’accueillir les Championnats du monde en 2025. Au niveau suisse, seule Marie-Theres Nadig s’était imposée ici, en 1981.

Surtout, il s’agit du premier succès en Coupe du monde depuis plus de deux ans pour la Bombe de Comano. En descente, elle n’avait d’ailleurs plus gagné depuis le 28 janvier 2017, avant sa grave blessure au genou gauche à l’échauffement lors des Mondiaux de Saint-Moritz. Mais sous le soleil ce vendredi, elle a survolé la descente de haut en bas. Avec des bombes aux pieds, elle a parfaitement su faire jouer sa technique sur l’exigeante piste valaisanne. Lara Gut-Behrami s’est imposé avec 0″80 d’avance sur Corinne Suter!

Corinne Suter file vers le Globe

La Schwytzoise de 25 ans a commis quelques petites erreurs qui lui coûtent donc la victoire. Mais elle offre un doublé à la Suisse, le premier chez les dames depuis le 9 décembre 2017 à Saint-Moritz (Jasmine Flury et Michelle Gisin) et réalise une excellente opération dans la course au Globe de cristal de la discipline. Elle aura l’occasion de s’en emparer dès samedi, avec une deuxième descente au programme sur le Haut-Plateau. La vice-championne du monde de la discipline compte en effet 120 points d’avance sur la Tchèque Ester Ledecka (11e vendredi), alors qu’il ne reste que deux descentes à disputer cet hiver.

A noter encore que si l’Autrichienne Stephanie Venier complète le podium ce vendredi, Joana Hählen complète l’excellent bilan helvétique. Malgré plusieurs grosses frayeurs, notamment sur le haut du parcours, la Bernoise s’offre un bon 7e rang, à égalité avec Federica Brignone, qui se rapproche de Mikaela Shiffrin, absente, au classement général de la Coupe du monde. Enfin, Michelle Gisin et Jasmine Flury sont sorties.

DEPREZphoto sa, cransmontana/Agence Zoom

1
1re Lara Gut-Behrami/SUI
2
2e Corinne Suter/SUI
3
3e Stephanie Venier/AUT
4
4e Petra Vlhova/SVK
5
5e Breezy Johnson/USA
6a 
6b
 

 

Lara Gut-Behrami: “J’ai skié sans réfléchir”

Lara Gut-Behrami et Corinne Suter ont savouré leur doublé à Crans-Montana. Les deux Suissesses analysent leur performance sur la piste du Mont Lachaux.

Sur le podium de Crans-Montana, au moment au retentit l’hymne helvétique et que les drapeaux suisses flottent dans le ciel azur du Valais, Lara Gut-Behrami et Corinne Suter, lauréate et dauphine de la première descente de Crans-Montana, affichent logiquement une mine réjouit. Les deux Suissesses ont fait étalage de leur classe sur cette piste du Mont-Lachaux, que nombreux jugent comme l’une des plus difficile du circuit.

Sur la plus haute marche, Lara Gut-Behrami savoure. Relégant Corinne Suter à huit dixièmes, elle vient de réaliser une démonstration, même si elle n’ose pas employer le terme. “On parle souvent de démonstration ou de satisfaction après les moments compliqués, mais aujourd’hui j’ai simplement réussi à faire ce que je cherchais”, glisse la Tessinoise qui attendait un succès sur la Coupe du monde depuis deux ans. Depuis sa blessure au genou aux Mondiaux de Saint-Moritz en 2017, la skieuse de Comano courait après son ski d’antan qui lui permettait de truster, presque chaque semaine, les podiums. “Ce n’était pas simple de trouver la solution. J’avais tendance à trop réfléchir.”

Ce vendredi à Crans-Montana, c’est tout l’inverse qui s’est passé pour Lara Gut-Behrami qui a ski “sans réfléchir”. “C’était simple, c’était fluide. Quand on skie sur la taille, que l’on est active, c’est possible de réaliser de tel résultat”, sourit-elle tout en restant lucide. “Ca prend du temps, parfois des années à retrouver ces sensations. Mais cela ne veut pas dire non plus que j’arriverai à répéter ce genre de performance tous les week-ends, que je vais gagner les courses avec deux secondes d’avance. Mais je retrouve la fluidité pour être rapide dans toutes les situations avec la possibilité de me battre avec les meilleures.”

Corinne Suter: “J’essaie de ne pas penser au Globe”

Derrière la Tessinoise, Corinne Suter exulte également après sa 2e place, une année après être montée sur son premier podium en Coupe du monde sur cette même piste du Mont Lachaux. “Crans-Montana me réussit plutôt bien”, lance dans un grand sourire la Schwytzoise, pour la 7e fois sur la boîte dans sa carrière. “Quand j’ai franchi la ligne d’arrivée, j’ai éprouvé un sentiment spécial. Je me suis bien sentie sur la piste”, poursuit-elle.

Avec cette 2e place, Corinne Suter a fait un grand pas vers le Globe de la descente. Elle compte désormais 120 points d’avance sur la Tchèque Ester Ledecka. Avec deux courses à disputer dans la discipline, dont la seconde descente de Crans-Montana, la Suissesse pourrait être sacrée demain sur le Haut-Plateau. “Mais j’essaie de ne pas trop y prêter attention, même si ce Globe est dans un coin de ma tête. Mais je ne veux pas me mettre de pression, ce serait contre-productif.” D’autant plus que la Schwytzoise s’est sentie “nerveuse” aujourd’hui avant de prendre le départ. “Il y a beaucoup de monde et je veux aller vite.”

Vidéo: Johan Tachet/SkiActu