Les médaillées olympiques sur un nuage: Tina Weirather, Anna Veith et Wendy Holdener

La surprise Holdener, la déception Gut. Le contraste était saisissant dans le camp suisse après le Super-G de Crans-Montana. Wendy Holdener (3e) et Michelle Gisin (4e) irradiaient de bonheur, alors que Lara Gut (7e) ne pouvait masquer une déception légitime après avoir cédé la première place de la Coupe du monde de la discipline à la lauréate du jour Tina Weirather.

Partie avec le dossard 31, sans doute un peu aidée par une meilleure luminosité, Wendy Holdener a créé une immense surprise. "Ce qui vient de se passer est fou", a d'ailleurs lâché la Schwytzoise, jamais mieux classée que 19e dans la discipline jusque-là. "Je ne trouve rien d'autre à dire que "wouah". Je n'aurais jamais imaginé pouvoir être aussi bien placée dans ce Super-G", a-t-elle expliqué après avoir signé son premier podium dans une discipline de vitesse.

Le plein de confiance

Fatiguée à l'heure d'aborder les courses de Crans-Montana douze mois plus tôt, la skieuse d'Unteriberg affiche un tout autre visage alors qu'elle vise - comme l'an dernier - le Globe de cristal du combiné. "L'an passé, nous avions vécu notre premier grand événement" à l'occasion des Mondiaux de S-Moritz. "Ca nous avait pris beaucoup d'énergie, d'autant plus que ces Mondiaux étaient à la maison", a rappelé la vice-championne olympique de slalom.

"Là, j'ai pu me reposer après les JO, et je suis d'attaque", a-t-elle poursuivi. Est-ce l'énergie olympique? "En fait je crois que j'ai trouvé une énergie nouvelle dans l'optique du sprint final", a répliqué la Schwytzoise, qui a fait le plein de confiance avant le combiné de dimanche. "J'espère pouvoir réussir une aussi belle manche de Super-G", a soufflé Wendy Holdener, qui a remporté fin janvier à Lenzerheide le seul précédent Combiné de l'hiver.

Gisin 4e du classement de Super-G

Ejectée du podium pour 13 centièmes, Michelle Gisin n'était pas franchement rancunière. "C'est génial pour Wendy. Elle a très, très, très bien skié. Elle a pris tous les risques qu'il fallait, et mérite sa place sur le podium", a lâché, radieuse, la championne olympique de combiné.

"Cette 4e place, c'est super, je n'ai rien à redire. Ca aurait été cool de monter sur le podium", une performance qu'elle n'a réussie qu'une seule fois en Coupe du monde jusqu'ici (2e à St-Moritz en décembre). "Mais cette 4e place est très importante pour le classement de Super-G", a souligné l'Obwaldienne, qui figure désormais en 4e position dans la Coupe du monde 2017/2018 de la spécialité.

Michelle Gisin s'annonce d'ailleurs comme la principale rivale de Wendy Holdener dimanche en combiné. "Elle a réussi une manche parfaite aujourd'hui (réd: samedi), et pas moi", a rigolé la petite soeur de Dominique, avant de reprendre son sérieux. "Si Wendy est tout autant rapide en super-G, elle sera difficile à battre. Elle peut gagner le Globe, alors que je n'ai plus aucune chance. Si elle skie comme aujourd'hui, elle va le faire", a-t-elle conclu.

Gut à 46 points de Weirather

Lara Gut, qui comptait 18 points d'avance sur Tina Weirather avant cette course, a manqué le coche samedi. Devancée désormais de 46 points par la Liechtensteinoise, elle n'a plus son destin en mains avant l'ultime super-G de la saison à Are. Pour cueillir un troisième Globe dans la discipline après 2014 et 2016, elle devra vraisemblablement s'imposer en Suède, et espérer que Tina Weirather ne fasse pas mieux qu'une 4e place.

"Je suis toujours 2e du classement de la discipline", a tenté de positiver Lara Gut. "Je n'aurai rien à perdre à Are. Une course reste une course. Mais si tu parviens à gagner quelque chose, c'est que tu as réussi à l'obtenir. Si ça ne passe pas, ça s'arrête là, et tu recommences à travailler", a glissé la Tessinoise, qui est en quête d'un second souffle.

"La saison commence à être longue. Au début de l'hiver, j'arrivais à prendre à chaque fois l'aspect positif des choses afin d'avancer. Mais là, je me rends simplement compte que je manque quelque peu d'énergie. Les jours d'entraînement ratés l'été dernier (réd: à la suite de sa grave blessure au genou gauche) me manquent", a-t-elle poursuivi.

"Les autres années, c'était beaucoup plus simple de trouver ce supplément d'énergie. Là, je dois en faire un peu plus à chaque course, et j'ai aussi besoin de plus d'énergie pour récupérer", a regretté Lara Gut. "Je me sens bien sur les skis. Mais je n'ai pas la même base solide que les saisons précédentes" sur le plan physique, a-t-elle répété.

Weirather ne s'enflamme pas

Tina Weirather était quant à elle bien évidemment aux anges après avoir fait coup double sur la piste du Mont-Lachaux. "La pression retombe toujours après les Jeux", dans lesquelle elle s'est parée de bronze en super-G en devançant Lara Jut d'un centième. "Ca peut être dangereux, et je suis très heureuse d'avoir su garder toute ma concentration", a expliqué la Liechtensteinoise, qui estime que rien n'est joué dans la discipline: "Je devrai skier à fond à Are. Une 5e place pourrait ne pas suffire.

DEPREZphoto SA, Crans-Montana/Agence Zoom