Hans Flatscher: "Aucun répit"

Les skieuses (et skieurs) retrouvent la routine de la Coupe du monde moins d'une semaine après la clôture des JO de Pyeongchang. Entraîneur en chef des Suissesses, Hans Flatscher est convaincu que ses protégées ont digéré leurs exploits sud-coréens et joueront les premiers rôles à Crans-Montana.

"Il n'y a eu aucun répit", concède le technicien autrichien. "Mais nous sommes de manière générale bien placés dans la lutte pour les Globes de cristal. Nous pouvons nous réjouir de vivre de belles courses à domicile.

Flatscher croit en Lara

C'est avec un Super-G que démarrera le week-end valaisan, demain samedi à 10h30. Une discipline dans laquelle les Suissesses ont essuyé un échec à Pyeongchang, la "faute" à l'étonnante Tchèque Ester Ledecka, qui a bouté Lara Gut hors du podium pour un centième en se parant d'or.

"Nous avons un compte à régler" en Super-G, estime d'ailleurs Hans Flatscher, qui est persuadé que la Tessinoise a pu soigner les douleurs au genou gauche qui l'avaient contrainte à renoncer au combiné olympique. "Lara avait peu de temps pour se remettre, elle a parfaitement su l'utiliser", assure-t-il.

Lara Gut jouera gros samedi, elle qui abordera l'avant-dernier super-G de l'hiver avec le dossard rouge de leader de la spécialité mais une marge de 18 points seulement sur la Liechtensteinoise Tina Weirather. Une Tina Weirather qui s'entraîne depuis de nombreuses années avec les Suissesses, mais que Hans Flatscher ne considère pas tout à fait comme sa protégée. "Au final, je suis l'entraîneur en chef des Suissesses, et je vibrerai forcément pour Lara", glisse-t-il.

Wendy Holdener sous pression

Les données sont plus simples avant le Combiné Alpin de dimanche (Super-G à 10h30, manche de Slalom à 13h30), dans lequel les Suissesses font figures de grandes favorites. "Nous avons une bonne équipe au départ", se contente d'affirmer Hans Flatscher. Doux euphémisme: son équipe aligne tout simplement la championne olympique (Michelle Gisin) et la championne du monde (Wendy Holdener) en titre.

Fortes de leurs exploits de Pyeongchang, l'Obwaldienne et la Schwytzoise seront d'ailleurs les grandes stars du week-end en l'absence de Mikaela Shiffrin et de Lindsey Vonn. La pression sera ainsi forte sur les épaules de Wendy Holdener, victorieuse à Lenzerheide du premier des deux seuls combinés prévus cet hiver. "Elle est évidemment bien placée pour conquérir le Globe. Mais une journée réservée à un combiné est toujours longue, et beaucoup de choses peuvent se produire", lâche prudemment Hans Flatscher.